Histoire

Histoire

À mi-chemin entre Montréal et Gatineau-Ottawa, au nord de l’autoroute 50, s’étend la vallée de la rivière Petite-Nation, région unique au Québec pour la beauté de ses paysages et ses nombreux attraits.

Accessible par les routes 317, 321 et 323, au cœur de la vallée, la municipalité de Saint-André-Avellin est merveilleusement bien située.  Répartie sur une superficie de 139,21 kilomètres carrés, Saint-André-Avellin, compte près de 3 800 habitants, heureux d’y vivre et de contribuer à son développement.

Pour la petite histoire, les premiers colons arrivèrent à Saint-André-Avellin, en 1839, dans le rang Saint-Joseph. Peu à peu, d’autres colons vinrent s’établir dans cette partie de la seigneurie de la Petite-Nation, propriété de la famille Papineau. Puis, de nouveaux rangs s’ouvrèrent : Saint-Louis, Saint-André, Sainte-Julie, Saint-Denis, Sainte-Madeleine et Saint-Pierre.

Au centre, près de la rivière, une première chapelle fut construite en 1849. En 1851, Saint-André-Avellin obtint son érection canonique et son premier curé, l’abbé Sterkendries.

Au point de vue civil, la municipalité de la paroisse de Saint-André-Avellin naquit officiellement en 1855 et monsieur Joseph A. Lévis en devint le premier maire.

Au début du 20ième siècle, la paroisse de Saint-André-Avellin comptait environ 300 cultivateurs qui s’adonnaient à l’élevage laitier. Bien entendu, ces cultivateurs avaient besoin de services; le village commença donc à prendre de l’expansion.

Magasins généraux et de meubles, hôtels, forgerons, cordonniers, voituriers offraient leurs services. La venue de l’électricité et du téléphone changea les habitudes des citoyens. Des professionnels, des médecins et des notaires s’installèrent à leur tour. Les sœurs de la Providence y construisirent un couvent, un foyer pour vieillards, un pensionnat pour les filles et un Jardin de l’Enfance pour les garçons près de la magnifique église paroissiale, érigée en 1886.

Ces changements dans le village amenèrent la fondation de la municipalité du village de Saint-André-Avellin en 1912. Son premier maire fut un médecin très apprécié : le Dr. Joseph Baulne.

En 1998, les municipalités de la paroisse et du village de Saint-André-Avellin fusionnèrent et se donnèrent un premier maire, monsieur Bernard Pilon.

Saint-André-Avellin compte beaucoup d’attraits naturels : ses deux rivières, ses lacs, ses montagnes, ses fermes et ses boisés agrémentent, il va sans dire, le quotidien de ses citoyens.  Jumelé au plaisir de vivre dans un environnement assez exceptionnel s’ajoute celui d’avoir accès à des professionnels et à des services variés, des installations sportives et culturelles, ainsi qu’à la tenue d’évènements d’envergure.  Cette combinaison unique contribue à faire de Saint-André-Avellin un petit coin de pays où il fait bon vivre!

Municipalité aux multiples vocations, Saint-André-Avellin vous souhaite la bienvenue!

X